La création comme jeu de la convention

October 8, 2015

Extrait de

« Danser dans les chaînes » : la définition nietzschéenne de la création comme jeu de la convention
Olivier Ponton

Olivier Ponton

 

 



Pour lire l'article dans son intégralité, voir ICI

Dans l’aphorisme 122 du Voyageur et son ombre, Nietzsche tire donc les conséquences de la généalogie de « l’âme des artistes et des écrivains » à laquelle il avait consacré le quatrième chapitre de Choses humaines, trop humaines : l’artiste véritable n’est pas celui qui prétend nous révéler et nous dire la vérité de la nature (un tel artiste a un « sens de la vérité » complètement corrompu), mais celui qui cherche à agir sur nous au moyen de conventions, et à « triompher sur le champ » de ses nombreux rivaux. Nietzsche se situe ainsi, désormais, aux antipodes de l’esthétique wagnérienne, qui repose sur l’assimilation du « génie » à une « capacité démoniaque de transmission et de dépouillement de soi de sa nature » (la « nature » de l’artiste étant à la fois ce qui communique et ce qui se communique dans l’art)10. Or, et c’est ici le point le plus important, si la communication wagnérienne est celle d’une « nature », c’est aussi qu’elle consiste à s’affranchir de toute « convention ». La révolution artistique opérée par Wagner et célébrée par Nietzsche dans le cinquième chapitre de Richard Wagner à Bayreuth a d’abord consisté à changer de « langue », à passer de la langue des états d’âme, de l’ethos, à la langue du sentiment, du pathos — c’est-à-dire à passer de la langue des conventions à celle de la nature :

[Wagner] est le premier à avoir pris conscience d’un danger aussi étendu que la civilisation met aujourd’hui de peuples en contact : partout la langue est malade, et le poids de cette monstrueuse maladie pèse sur tout le développement de l’humanité. […] L’homme n’arrive plus à se faire connaître, dans sa détresse, au moyen de la langue et ne peut donc pas se communiquer véritablement [sich nicht warhaft mittheilen] : […] ainsi l’humanité ajoute-t-elle encore à toutes ses souffrances la souffrance de la convention [das Leiden der Convention], c’est-à-dire un accord en paroles et en actes sans un accord du sentiment. De même que dans la course vers l’aval de tout art on arrive à un point où ses moyens et ses formes acquièrent, dans leur foisonnement maladif, une prépondérance tyrannique sur les jeunes âmes des artistes et fait d’eux leurs esclaves, ainsi est-on devenu, dans le déclin des langues, l’esclave des mots ; sous cette contrainte, nul n’est plus à même de se montrer tel qu’il est, de parler naïvement, et bien peu parviennent à sauvegarder leur individualité […]. Aussi quand, dans une humanité blessée à ce point, résonne la musique de nos maîtres allemands, qu’est-ce exactement que l’on entend ? Eh bien, ce n’est que le sentiment juste, l’ennemi de toute convention [die Feindin aller Convention], de tout éloignement et de toute incompréhension artificiels entre les hommes : cette musique est un retour à la nature, en même temps qu’elle est à la fois purification et métamorphose de la nature.

La convention est ici pensée comme un accord abstrait et artificiel qui empêche toute véritable communication, c’est-à-dire toute communication des sentiments : c’est un rapprochement factice qui éloigne d’autant plus les hommes qu’il prétend les rassembler. La convention est donc l’ennemie de la « communauté » véritable, qui doit être fondée sur une communauté de vie et de sentiment — et c’est précisément cette communauté que la « langue nouvelle », inventée par Beethoven et Wagner, a pour fonction de restaurer : en se dégageant « des règles et des conventions de l’art de l’ethos », la « langue du pathos » n’est autre que la langue de la nature elle-même, et de toute la nature.

Dans l’aphorisme 122 du Voyageur et son ombre, la rupture semble donc radicale avec La Naissance de la tragédie et la quatrième Considération inactuelle : non seulement la « convention » n’est plus ce dont il faut s’affranchir pour « se communiquer véritablement », mais elle est la seule « langue […] par laquelle l’artiste peut vraiment se communiquer ».

 

Please reload

Featured Posts

Le mot de Louise

October 4, 2015

1/1
Please reload

Recent Posts

January 31, 2016

December 17, 2015

October 13, 2015

October 12, 2015

Please reload

Archive
Please reload

Search By Tags

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

<