nouveautés

Le grand public pense que les livres, comme les oeufs, gagnent à être consommés frais. C'est pour cette raison qu'il choisit toujours la nouveauté.
Goethe

 

Le besoin de nouveauté [...] est une des formes caractéristiques de la bêtise humaine.
Henry de Montherlant

 

 

La page des "nouveautés" n'en compte aucune. Nos livres iront directement à la page "catalogue" sans passer par la page "nouveautés".

 

En d'autres temps la parution d'un ouvrage a pu faire figure d'évènement, elle est aujourd'hui banale. Tellement banale que l'étiquette "nouveauté" peine chaque jour davantage à la distinguer.

 

La nouveauté d'une marchandise consiste en ce qu'elle est très provisoirement postérieure aux autres. C'est tout, c'est éphémère, cela suffit pour un traitement commercial de faveur. À grand renfort de publicité, le neuf se voit paré de toutes les vertus au seul motif qu'il est neuf. Chaque marchandise y passe à tour de rôle. Rite et routine, ainsi soit la consommation perpétuée.

 

Inscrit dans le temps et dans un contexte, le livre a pu vouloir jadis s'en libérer, tendre à l'inactuel, à l'intempestif, à l'unique. Aujourd'hui produit en série et hors sol, il fait dans l'immédiat et basta : marché de l'illusion, course au divertissement.

L'achat instantané ou le pilon. Sitôt paru sitôt disparu, place à la nouveauté et circulez ! il n'y a rien à lire dans un présent éditorial sans présence, hormis celle de la marchandise.

 

Radiguet Raymond tient que ce n'est pas dans la nouveauté [mais] dans l'habitude que nous trouvons les plus grands plaisirs. Et pourquoi pas la nouveauté comme promesse d'habitude ? L'éternel retour du même dans la nouveauté, la nouveauté dans notre regard sur le même, regard que l'habitude rend toujours plus curieux, surpris, amusé. Et nos petits livres présents. Présents et plaisants.

 

Nouveauté n'est pas originalité ni modernité, rappelle Robert Bresson. Encore moins gage de qualité. Ni plus ni moins un livre, comme tant d'autres auparavant, tant d'autres à venir.

Ce qui fut sera, ce qui s’est fait se refera, et il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Nouveauté n'en est pas une.

 

Si la nouveauté n'en est même pas une, comment la trouverait-on ici.

 

 

  • facebook-square
  • Tumblr Social Icon
  • Twitter Square

       © louise bottu 2019

louise.bottu@laposte.net

                 05 58 97 92 20